Tout-Seul
10th Nov

Tout seul contre le reste du monde ?

Félix est un jeune homme qui, lors de sa lecture matinale du journal, préfère lire les pages de sport en premier. Il aime bien le sport. La compétition. La rivalité. La victoire. 

Dring. Dring. Prochain rendez-vous. Zack Zack. Prochain rendez-vous. Deadline. Merde, il faut que je me fasse une note la prochaine fois. Mais putain, pourquoi il ne me répond pas. Félix est à ses limites. Son pouls dépasse les 120 battements par minute. Allez, un drink, une clope. Let’s go, go, go. Demain: repeat. Après-demain: repeat. Le jour après: repeatRepeat. Repeat. Repeat….Puis. Pause….

Je veux. Une constante et un moteur de notre vie quotidienne. Conscient ou inconscient, nous attachons notre bonheur à l’acquisition de biens matériels. Le moi est au centre des revendications d’une grande partie des individus de notre société où la pensée néolibérale domine, omniprésente. J’admets que l’illusion est efficace, notre société ne semble pas souffrir de malaises majeurs…

…Me voilà donc devant mon clavier, postulant que nous devons mettre le bien-être sociétal au-dessus de notre bien-être individuel. Nous devons de nouveau trouver une meilleure façon de fonctionner en tant que société, sans bien sûr oublier notre bien-être personnel. Ce fut autour d’une bière, dans un bar flamand du centre de Bruxelles, que la discussion suivante eut lieu.

20 Septembre.
Comme chaque jeudi soir, Félix a rendez-vous avec ses copains au Captain, leur bar préféré depuis qu’ils ont le droit de boire des bières. A 20h, Serge, le barman, dégage les clients de la table 10, pour mettre un petit tableau: Table des habitués. Louise est toujours la première, elle vient tout de suite après son boulot. Depuis qu’elle a fini ses études en droit, elle travaille pour une grande boite d’avocats. Lisa et Yann, depuis qu’ils exportent des boutons dans le monde entier, ne se sont plus montrés depuis des semaines. Tom, depuis qu’il est prof, président et papa, fait de temps en temps un acte de présence. Les voilà donc tous réuni ce 20 septembre. Notons encore que, depuis des années, on peut parler de constantes du jeudi soir:

  • Les retardataires (à l’exception de Louise)
  • Les fatigués
  • Le vin rouge
  • Les nouveaux achats
  • Les conquêtes (souvent passagères )
  • La discussion, majoritairement des plaintes sur

 

  • La solitude de Louise

 

  • Les prix exagérés du logement pour les uns, le prix exagéré des canapés en cuir de crocodile pour les autres
  • L’incompétence des politiciens (majoritairement ceux qui font vraiment de la politique)
  • Enfants = boulot 24h/24, 7j/7
  • Les bouchons
  • L’incompétence des autres

 

Top 3 des phrases les plus fréquentes

3ème place : …

2ème place : …

1ère place : Oui, JE prends encore une

tout-seul-02

21 septembre 00h25 : La fin.
« Mais vous êtes tous des putain d’égoïstes. Vous vous comportez comme des salauds dans une société de salauds. Des individus, dans un système de merde. Mais fuck (avec un accent belge) le capitalisme », ainsi résume Félix son mécontentement quant aux constantes de la vie quotidienne de ses meilleurs amis. On dirait qu’il ne comprend pas pourquoi les gens se plaignent de choses qu’ils pourraient changer eux-mêmes. Il jette son verre de vin contre le mur du bar de Serge, s’allume une cigarette. Marque nationale. C’est évident.

Extraits du « débat »

« Et alors, comment tu veux que je gère ça ? Le prêt de la maison, le prêt de ma voiture et « parfois » (ouvert à l’interprétation)  je veux me faire du bien aussi… », balance Lisa après le deuxième verre de vin rouge. Tout le monde est d’accord sur le fait que ça doit vraiment être difficile à gérer.

« Mais ils nous prennent pour des cons ? » crie Tom, les joues rouges, en tapant sur la table. Tout le monde est d’accord avec Tom : «  Qu’ils arrêtent de nous traiter comme des cons. »

« Mais moi j’ai…. » –  «  Oui ok, mais moi j’ai… »  – «  Bahh ok, mais pour moi c’est encore plus dur.. » – «  Si…pas…Alors quoi ? Je fais comment ? » –  « Ahh non mais chez moi, ça ne fonctionne pas comme ça…Ah nononon… » – «  Ah oui, moi non plus,  je ne suis pas égoïste, mais quand même… » – «  Non, c’est vrai ? Raconte-moi ! » – «  C’est vrai, il me fait chier… Il est tellement insupportable…Tu dis ?… Non, je n’ai pas le temps pour ce genre de discussion. »

Extrait de la discussion en tête-à-tête entre Yann et Louise, en cette soirée du jeudi 20 septembre, réduite à l’ESSENTIEL.

Le spectateur

Félix maitrise l’interaction sociale, il a appris à manœuvrer dans une société qui lui semble si bizarre. Parfois, après des heures de rigolades, de discussions et de nombreuses bouteilles de vin, il reste encore assis dans le coin du bar. En-dessous d’une affiche rappelant «  Together we can change the world »,  la tête dans les nuages, il balance sa tête sur le beat d’une batterie qui suit les vibrations de la basse. Les autres sont déjà partis. Serge nettoie la dernière table. Félix sort, Serge fait un signe, Félix prend de l’air et exagère : …

 

 

 

Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*